Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 13:47
Quel est ton nom Mère ?

Je t'entends me parler du passé que j’ai fuis

De ce temps ou tu aurais du être à mes côtés

Je te regarde avec ta bouche remplie haine

De jalousie quand mon père me protégeait !

Je cauchemarde ! Le passé est-il revenu ?

Je me défends avec ma voix de petite fille.

Mais tes mots acérés me désarment

Je ne t’ai pas voulu dis tu, mais moi,

Qu’ai-je fait ? Je n’ai pas demandé à naître

Quelle violence ! Jamais je m’y ferai.

Ils font de moi, ta fille, une mauvaise femme.

Je t'écoute vider ton fiel et j'attends.

Tu sais que je suis grande maintenant ?

La joie pointe son nez, je suis l'adolescente

Qui pour se sentir libre s’exprimait par le chant !

J'entends mon cœur qui bat la chamade

Je revois le temps ou tu pouvais encore me faire souffrir

Ta voix, je refuse de l’entendre ; part ! J’ai eu si mal par toi.

Les cicatrices du cœur se ferment très lentement.

Toujours quand je suis seule, tu refais surface

Et si possible la nuit quand mes défenses lâchent.

Le passé s’est enfuit je n’ai plus peur de toi !

Comment vis tu sachant cela ! Et si c’était ton enfant

Toi qui ne bouges pas le petit doigt alors que j’ai perdu le mien

Un enfant devenu grand ! Mais mon enfant ! Mon bébé !

Jamais depuis 20 ans tu ne m’as dit un mot sachant qu’il était

Condamné à souffrir et mourir et cela dame mère depuis 20 ans !

Sachant que c’était de ta faute s’il avait cela, non je ne me tairais pas !

Alain lui a servi de père pendant plus de 9 ans, l’autre, le géniteur

Depuis trente ans, aujourd’hui ! Tiens quelle coïncidence !

N’a pas levé le petit doigt, avant, pendant, et maintenant après !

Ne se souciant pas du devenir du fils qu’il m’a fait par violence

Oui maintenant je peux l’écrire, François n’en saura rien

S’il avait su, il aurait corrigé ce père violeur, et pris sur lui

Toutes mes douleurs, de mère et de femme, mais toi es tu une mère ?

Mon mari arrive en me tendant les bras.

Avec lui je revis, à ses côtés j’oublie.

L’amour n’est pas un devoir mère, c’est une magie!

IL est entré dans ma vie je n’ai pas l’intention de le laisser partir

Assez écrit, maintenant, j’ai l’amour de mon mari, il est là lui !

Je n’oublie pas mon enfant, mais toi je vais y arriver,

La, ça y est, je t’ai presque oubliée.

17 juin 2007

copyright

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille - dans Poèmes fragilité
commenter cet article

commentaires

nays 23/03/2016 09:52

bonjour Camille

dur dur ...
mes amitiés a Camille en espérant qu'elle aille mieux xxx

LADY MARIANNE 22/03/2016 20:19

Bonsoir Alain-
Bernieshoot --- je participais à son jeu du lundi et il ne publiait pas mon lien , ne passait pas sur mon blog sous pretexte qu'il allait avoir des virus- je l'évite donc maintenant-
dites à Camille de faire pareil !
il dépose des coms vite fait pour rendre une visite aux blogueurs- c'est tout-
Pauvre Camille - je n'aurais pas tenu comme elle- quel courage et quelle vie difficile-
pleine d'embuches et pire de maltraitance-
J'espère qu'elle va mieux ? bonne soirée- bisous ma Camille et Alain -

Christiane 22/03/2016 16:14

Une enfance rythmée de paroles violentes, pas évident d'oublier ça !
Tu as été assez forte pour résister et vivre ta vie, j'admire !
Bon courage Camille pour l'épreuve que tu subis en ce moment, tu vois je te lis toujours, je commente assez peu mais ce texte m'a révoltée. Comment peut-on dire de telles paroles à un enfant ???
Bisous
Christiane

Bernieshoot 22/03/2016 14:06

On ne choisit pas ses parents ...

Camille 22/03/2016 14:27

C'est une réponse lambda je pense que quelque chose de plus personnel aurait fait plaisir à ma femme donc je ne lui dirai pas, elle me dit beaucoup de bien de vous et achète les livres que vous proposez et que je lis pour elle.
courtoisement
Alain

Présentation

  • : BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • : Je souhaite avant tout en faire un endroit convivial, ou vous aurez envie de revenir.Avant d'être invalide moteur à 80% je faisais plein de choses j'aimerai les partager avec vous. Je souhaiterai que vous y preniez la parole, que vous vous sentiez chez vous. Je souhaite de la gaité,de la culture,de la drôlerie, et un partage de ce que vous aimez. Je suis ouverte à tout et à tous.
  • Contact