Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 13:33

Le 2 février 1927

 
 
 

Ma chère maman,

J’ai beaucoup tardé à t’écrire car il a fait tellement froid que je ne pouvais plus me tenir debout. Pour écrire je ne puis me mettre dans la salle où se trouve tout le monde où brulotte un méchant petit feu, c’est un vacarme de tous les diables. Je suis forcée de me mettre dans ma chambre au second où il fait tellement glacial que j’ai l’onglée, mes doigts tremblent et ne peuvent tenir la plume.

Je ne me suis pas réchauffée de tout l’hiver je suis glacée jusqu’aux os, coupée en deux par le froid. J’ai été très enrhumée. Une de mes amies une pauvre professeur du Lycée Fénélon qui est venue s’échouer ici a été trouvée morte de froid dans son lit, c’est épouvantable. Rien ne peut donner l’idée des froids de Montdevergues. Et ça dure, 7 mois au grand complet : jamais tu ne peux te figurer ce que je souffre dans ces maisons. Aussi ce n’est pas sans surprise mélangée d’épouvante que j’ai appris que Paul me faisait mettre de 1ère classe. C’est curieux que vous disposez de moi comme il vous plaît sans me demander mon avis sans savoir ce qui se passe vous n’êtes jamais venus ici et vous savez mieux que moi ce qu’il me faut. Vous en dépensez de l’argent à tout à travers : qui est-ce qui sait tout ce que vous donnez ? […]

Tu es bien dure de me refuser un asile à Villeneuve. Je ne ferais pas de scandale comme tu le crois. Je serais trop heureuse de reprendre la vie ordinaire pour faire quoi que que ce soit. Je n’oserais plus bouger tellement j’ai souffert. Tu dis qu’il faudrait quelqu’un pour me servir ? Comment cela ? Je n’ai jamais eu de bonne de ma vie : c’est vous qui en avez toujours besoin ?

Quand tu ne me donnerais que la chambre de la mère Régnier et la cuisine, tu pourrais fermer le reste de la maison. Je ne ferais absolument rien de répréhensible, j’ai trop souffert pour jamais m’en remettre.

Tu ne vois pas qu’on nous divise exprès pour vous tirer toujours de l’argent.
J’ai reçu le chapeau, il va bien, le manteau, il fait bien l’affaire, les bas, ils sont admirables, et le reste de ce que tu m’as envoyé.
Je t’embrasse,

Camille,

Donne de tes nouvelles de suite et dis-moi si tu n’as pas souffert de la grippe. […]

 

Comment peut on laisser son enfant dans un endroit pareil!!

Partager cet article

Repost 0
Published by Camille
commenter cet article

commentaires

covix 15/02/2017 18:10

C'est une honte de laisser sa fille dans un tel état, une vie bien difficile et malmenée.
Bonne soirée
Bises

Camille 16/02/2017 13:19

et j'ai vu l'endroit! c'est affreux bises

Jacqueline 15/02/2017 15:17

La vie ne lui a pas fait de cadeaux . Rodin n'a pas été non plus très fair-play .
Elle avait cependant tant de talent . Quel gâchis . Elle ne méritait pas cette vie là .
Bises @ bientôt

Camille 16/02/2017 13:27

c'était un vaniteux et il a même profité de certaines oeuvres de Camille, je suis allée au musée Rodin à Paris , j'ai admiré , c'était avant que je ne découvre l'asile dans lequel son frère l'avait fait enfermer
bisous

LADY MARIANNE 15/02/2017 14:37

lettre de Camille Claudel à sa mère ! quelle honte !
la pauvre !! avoir si froid-
bisous et bon aprem !

Camille 16/02/2017 13:28

j'en ai plusieurs et surtout je souvenir de cet endroit qui m'a fait froid dans le dos, je le revois encore dans ma tête c'est terrible ce que l'on faisait aux récalcitrants
bisous

Présentation

  • : BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • : Je souhaite avant tout en faire un endroit convivial, ou vous aurez envie de revenir.Avant d'être invalide moteur à 80% je faisais plein de choses j'aimerai les partager avec vous. Je souhaiterai que vous y preniez la parole, que vous vous sentiez chez vous. Je souhaite de la gaité,de la culture,de la drôlerie, et un partage de ce que vous aimez. Je suis ouverte à tout et à tous.
  • Contact