Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 février 2017 2 14 /02 /février /2017 10:24

BONJOUR A VOUS TOUTES MES AMIES

 

 

VOICI UN ARTICLE QUI COMME TOUJOURS M'A CHAMBOULEE ET FAITE PLEURER

J AIMERAI AVOIR QUELQUES REPONSES DE VOTRE PART. JE PENSE COMMEMOI VOUS AVEZ LE SOUCIS DE LA VIE DES FEMMES SURTOUT DANS CERTAINS PAYS; jE SAIS QU EN FRANCE IL EXISTE AUSSI DES EXACTIONS TERRIBLES JE SUIS PASSEE PAR CELA JE SUIS BIEN PLACEE POUR EN PARLER, MAIS LA, A CHAQUE FOIS JE SUIS DEMONTEE

JE VOUS AIMES FEMMES DE TOUS PAYS

 

lapidation au liban 28.08.2010 001 

 

 lapidation au liban 28.08.2010 002

lapidation au liban 28.08.2010 003

 

 

Merci a vous

 

Camille

Repost 0
6 juin 2014 5 06 /06 /juin /2014 06:19

 







J’ai mal au dos,
J’en ai plein l’dos,
Il a bon dos, mon dos,
Lui qui supporte tous les fardeaux.


On dit qu’il est costaud,
Quand il se fait rond, mon dos,
Mais il se courbe sous le poids
De tous les maux qui le rudoient,


Alors il souffre sans un mot,
Quand on lui tourne encore le dos,
Quand on ne comprend pas
Que tout repose sur les épaules
Qui le soutiennent, mon pauvre dos.


Et si je fais le gros dos,
Quand il faut tirer le rideau,
Pour enfin aller au dodo,
Je ressemble à Quasimodo.


Que penser de ma libido,
Qui devrait aller crescendo,
Elle ne me fait pas de cadeau,
Et ce n’est pas l’eldorado.


Alors, là je dis : assez,
Et puis je fais : un pied de nez.

2008 

Repost 0
26 avril 2014 6 26 /04 /avril /2014 03:46

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vers le néant qui m’aspire,

vers ce noir qui m’attire…

 tellement douleur à en pleurer, en rire,

Mais d’un rire moqueur de l’ironie, le pire

Chagrin, si chagrin et ce cœur qui se débat.

 

Se retourner, se restreindre pour aller au combat

Pleurs, tant de pleurs dans mes yeux délavés,

Noyés sans douceur, perles abandonnées

Souffrance, tellement souffrance

 

Quand le rêve cauchemarde, que l’illusion m’élance,

Là tout au fond, m’arrache un cri de couleur

Mal, si mal mais que ça cesse ! Que ça me laisse…

Oui soleil ! Lumière,  lumière

 

Bienfaisante chaleur, qui m’appelle et m’éclaire,

Adieu à la douleur…jusque quand ce bonheur ?

Petite, si petite cette espérance de mieux,

minuscule, m’invite,

C’est encore loin, un peu… ?

 2003

 

 logocopyrightdépot2014camille00 (1)

Repost 0
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 05:00

  

Derrière les portes closes,
 se passent de vilaines choses

Dans certains milieux bourgeois,
 les adultes ont tous le droits

Les enfants apprennent à se taire
et jouer les indifférents

Ce qu’ils vivent tous les jours,
 ils le taisent est restent dans les rangs

 

Les filles gênantes épousent
 l’homme qu’on leur impose

Elles changent de maison
mais vivent les mêmes choses

La révolte est un non droit
dans ces milieux qui ont tous les droits

Si elles se révoltent on leur prend leurs enfants,
elles rentrent dans le rang

 

Les parents le liguent entre eux
 font des faux étant certains qu’on les croira

Les voisins s’y mettent aussi
dans un caste on reste soudés uni, grands !

Moi j’ai tout plaqué, mes enfants
 je les ai emmenés, perdant tous mes droits

Devant un commissaire et un avocat
 j’ai tout raconté depuis que j’étais enfant

 

Ils étaient les plus forts, avec de l’argent,
 ils m’ont repris mes enfants

Je les ai perdus de vue, me cachant
pour les voir quand j’avais le temps

A cette époque il fallait beaucoup d’argent
 deux avocats, département différent

Une enquête de moralité a été faite,
un gendarme est venu me demander mes clefs
 

A la clinique devant mes collègues,

j'ai remis mes clefs,
 j’ai pleuré, pleuré mais il le fallait

Je voulais retrouver

mes petits mes enfants,
les soustraire à ce violent

Quand je les ai récupérés
ils ne reconnaissaient plus leur maman

Pauvres petits enfants, si petits,
 enfin je pouvais dans mes bras les serrer

 

Maintenant je ne les ai plus mes petits
 mes chéris pour lesquels je me suis battue

Alors à quoi cela a servi  de me battre
comme une lionne pendant trente ans

Mon petit!  Merci maman, chez toi a eu un accident,

Je voulais la vérité par les médecins

ils me l'ont donnée dans un papier doré

"François ne passera pas l'adoslescence"
Et  cependant vingt ans de souffrance!

Son frère Parti avec 4 embolies

et 4 crises cardiaques

pourquoi toutes ce souffrance pour mes petits

ils ne pouvaient être heureux avoir une vrai vie!

Alors vous dites moi pourquoi

 je suis là les bras ballants
 plus d’enfants, maman foutue !

 

fait en 2009 revu en 2011

logocopyrightdépot2014

Camille 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 08:04

Toi

 

 

996900_559191890782791_1757022596_n.jpg

 

 

Toi au creux de moi

Aux milieux de mon être fait de soie

Toi maudite douleur

Tu lapides mon cœur

Toi terrible maladie

Tu détruis ma vie

Tu fais gonfler mes mains

En les paralysant sur ton chemin

Toi indésirable affliction

Tu joues de mes articulations

Ou tu y entre en fusion Souvent par infiltration

Et comme si sa suffisait pas

Tu t'es permis d'inviter à grand pas

Ton ami qui n'aime pas mon corps

Détruisant mes anticorps

Et comme la fête et plus folle

Ta grande copine, en fait partie, et farandole

Déréglant mon cycle de sommeille,ou elle en rie

Me laissant errer toute mes nuits

Toi qui me mets de mauvaise humeur

Tu dévore tout mon bonheur

Alors qu'il en manque à l'appel

Je prends encore une gamelle

Vous tous, avez transformé ma tristesse

En une laide et délicate faiblesse

J'en ai marre de ses crises

S'il vous plait lâcher prise

Vous avez tous décidé de me faire souffrir

Mais franchement ça ne me fait pas rire

Dans ses moments de douleurs intenses

Je n’aie plus la force et élégance

Vous avez tous, choisie de me trahir

Et de finalement me faire mourir

Surtout prenez votre temps

Ma vie est entre vos mains, elle en dépend

Je ne me laisserais pas toujours faire

Toi douleurs, sans cœur tu es fier

Ce soir j'ai trop mal, profitez-en

Je n’ai pas le courage,

vous êtes nombreux en dedans

Laissez moi allais me reposer

Fermer les yeux pour un instant de paix

Juste quelque heure pour récupérer

Vous me rendez lasse et fatiguée

Alors s'il vous plait douleur

Promettez moi que demain

 

Vous me rendrais mon bonheur

Pour reprendre, mon chemin ..

Tels en veut mon destin...

Repost 0
28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 03:52

 

 

 

 

 

 

Ma vie

 

Voilà  plus de cinq ans ma vie a basculée

Entre ces maux je me sens enfermée

Combien de larmes en fait, depuis ont ruisselées

Sur ce visage joyeux quelque fois ravagé. !

 

Je vis l’instant présent, le passé derrière moi

Et j’en oublie la vie avec sa part de joie

Sachant qu’a mon réveil tu seras là demain

je fais dormir mes yeux au petit matin !

 

J’avais encore tant de chose à faire dans ma vie

Et ces années qui ont fait disparaître mes ami(e)s ?

La santé vous dirais-je, est un véritable cadeau !

J’ai appris à me battre avec mes nombreux maux

 

Sur la fenêtre de mon cœur, j’ai tiré les rideaux.

Et toi mon mari tu es … , je ne trouve pas les mots,

Si tu n’étais pas là, présent, prenant sur ton repos,

Courant de tous cotés pour adoucir mes maux.

 

Fibro qu’as-tu fait de ma vie ?

Tu t’invites en moi sans demander l’accès,

Tu es arrivée comme un coup de mistral,

balayant tout sur ton passage

Ne prenant pas en compte ma vie,

mes désirs, et surtout mon mariage !

Tu me donnes des maux que je ne peux décrire,

maintenant tu es bien installée ?

 

Ce dont j’ai le plus peur, c’est de toi,

mon aimé qui aime la beauté ;

Et si cette beauté tout comme une sirène

te prenne dans ses filets,

Qu’en plus elle te fasse rire, à t’en faire oublier

les promesses échangées !

A quoi bon me battre seule,

pour qui ? Pour quoi ?

Mais que je te rassure, 

je m’en irais alors sur la pointe des pieds

2006logocopyrightdépot2014

 

 Depuis tu t'es bien amusée?

Alors, maintenant, fiches moi la paix                                                               

Repost 0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 02:42

 

 

 

 

 

179095 196432180371601 100000144608117 834696 4125303 n

 

 

 

 

Doucement sans déranger, ils avancent à petits pas

 
Ils réfléchissent à l’humanité qui traîne sa croix.

 
Les paroles à leurs yeux ont trop de puissance

 
Ils décortiquent ces mots qui sont pleins d’importance.

 

Les gestes hâtifs sont pour eux une atteinte à cette vie


Où tout mouvement vif se transforme en plainte


Les grandes réunions ne leurs conviennent plus


Leurs visages restent impassibles dans la rue.

Si vous croisez un jour, ces gens silencieux


Passez tranquillement en souriant à côté d’eux


Votre sourire sera un cadeau de Dieu


Ils tracent le chemin pour chacun, jeune ou vieux.

Ne les dérangez pas, ils tentent de se soustraire


A la souffrance qui les transperce de ses serres.


Doucement, sans déranger, ils quitteront ce monde


Leur esprit sera libre, leurs douleurs terrestres passées


Leur âme dansera près de Celui qui les a créés

camille%20chapeau

Repost 0
10 septembre 2013 2 10 /09 /septembre /2013 09:48

 

 

 

fée en cage

 


Il lui a promis le paradis

 
L'amour, la fidélité

 
Le miel, la félicité

 
Le bonheur, la sérénité


Se marier, fonder une famille


Construire un nid douillet


Avoir beaucoup d'enfants


Filles et garçons


S'aimer toute la vie


Jusqu'à la mort!


Victime de sa candeur


Proie de son malheur


Elle l'a cru


Lui a ouvert son cœur


Et offert son corps


De petite fille nubile


Il a abusé d'elle


Violant son innocence


Déchirant son enfance


Souillant sa dignité


Brisant sa fragilité


En toute impunité


Et il a tout nié


Et il l'a reniée!


Dans ses entrailles


La vie se réveille


Mère à quatorze ans


Seule, abandonnée


Par le père de l'enfant


Où iras-tu, colombe blessée?


Pourras-tu dénoncer


Le fils de tes maîtres?


Qui croira la petite bonne?


Bonne à tout faire


Même à satisfaire


Les désirs de la chair


De son maître débonnaire!


Esclave de la misère


Terrassée par le sort


Souillée par le déshonneur


Terrorisée par la peur


Aveuglée par le désesp
oir


Elle décide d'en finir


L'acide chlorhydrique


Est fatidique!


Ce matin une colombe est morte


Encore une autre!


Le cortège funèbre


Arrive au cimetière


Sans la moindre prière


L'imam s'arrête


A la dernière tombe


De toutes ses forces


Il lance son bâton


Dans la direction


Opposée au levant


Là où le bâton est tombé


La tombe est creusée


Loin des cadavres musulmans


Dans la honte et la malédiction !


Honnie par les vivants



Elle ira au paradis!

Bannie par les morts


Libérée de tous les remords


Enfin, elle s'endort


De l'autre côté de la vie


Honte à lui et à ceux qui ont jeté cette colombes avec les honnis

Agadir, 24/12/2009


Mostafa Houmir

 —

 

Repost 0
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 05:39

  1815589742_59379ce722.jpg  

Tel un vautour redoutable, tu te jettes sur moi
J'étouffe, tu m'enserres comme une pauvre proie
Tu n'entends pas, que ce sont mes os que tu broies !
Je te demande un peu de pitié accordes la moi.
Tel un glaive sans fin, chaque jour tu me transperces
Tu ne comprends donc pas l’épreuve que je traverse ?
Hélas, en peu de temps sans effort tu me renverses
 Toi tu as tout ton temps, moi le mien me presse !
Telle une ombre, tu m'empêches de vivre comme avant
Tu es en moi, je te ressens tel un cauchemar vivant
J'ai réalisé ta présence, avec toi rien n'est évident !
Je te combats pourtant moment après moment.
, Souvent tu reviens me hanter comme j'étais avant
 afin de démontrer que je ne t’ai pas inventé.
 J'ai peur de toi, tu es là seulement pour me blesser
Devant les autres, à cause de toi, je me sens diminuée.
Les nuits qui reviennent sans cesse, après chaque matin
Tu me barres la route, tu brises ma vie et celle des miens
Aujourd'hui je suis seule, face à toi, et à mon destin
Avec beaucoup d'humilité, je me lève et te tend la main.
Cette dualité, que tu as inventée ne finira jamais ?

Tu es dans mon corps à qui la faute ? J'ai admis mon sort
Je voudrais être sereine, semblable à l'eau qui dort
Faut-il réellement que je te traîne jusqu'à la mort?



© La Fée Camille

Pour les 3 Colombes

 

Repost 0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 02:18

 

07-10-10-10.gif 

 

 

A travers moi tu as tout assouvi, mais tu m'as tout pris,
Non aucune rancoeur,  même si ce fut l'horreur.

Pas une minute tu ne me laissais pour respirer
et encore moins une autre pour me sauver.

Durant toutes ces années, je fus ton pion,

Toujours à ta disposition à ton image je devais avancer !
De ma liberté tu m'avais privée à cause de ma spontanéité.

Délicatesse n’était pas ta devise,

mais tu n’as jamais voulu que l'on se divise !
Chaque jour d'avantage, tu m'accablais et je devais pardonner.

Je ne fus que ton pantin,

et jamais je n’ai eu le temps de souffler.
La perfection, je ne l'étais point,

mais qui aurait pu vous supporter toi,tes pieds et tes poings !

Combien de pardons t’ais-je accordés ?

De toute façon, je n'avais que le choix de marcher au son de ton violon.

J’étais une poupée de chiffon, tu ne savais qu’hurler sur tous les tons !
Moi qui n'était que douceur, j’étais devenu ton souffre douleur.

Devenue maître en l’art de cacher les marques, ma honte et mes douleurs !

Si ma vie fut un calvaire jamais mes ailes, ne te furent infidèles.
Ma raison, n’étais devenue que dérision, mon corps ton exutoire.
Très vite dans la fuite j’ai fermé ces cinq ans de terreur.

 Ton seul but était de me dominer jamais tu n'as réussi à me changer !

 A quoi bon t'en vouloir ?
Pourtant j’en aurai le pouvoir, toutes ces années ma vie n’a été qu’un carnage.
A quoi bon ressasser ce temps trépassé?

Je fais ce que je peux pour tout effacer

Pas ou peu de bons souvenirs à part 2 : tes fils qui m’ont aidé à tenir.

Pas de vengeance inassouvie, 

il me reste l'avenir qui déjà m’a sourit.
Avec Alain à petits pas je me reconstruis,

et je sais que dans mon nouveau nid,

Mon esprit, est en paix et, ceci pour reste de ma vie.

16 décembre 2002

 


CAMILLE CHAPEAU DE PAILLE

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0

Présentation

  • : BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • BIENVENUE-CHEZ-CAMILLE
  • : Je souhaite avant tout en faire un endroit convivial, ou vous aurez envie de revenir.Avant d'être invalide moteur à 80% je faisais plein de choses j'aimerai les partager avec vous. Je souhaiterai que vous y preniez la parole, que vous vous sentiez chez vous. Je souhaite de la gaité,de la culture,de la drôlerie, et un partage de ce que vous aimez. Je suis ouverte à tout et à tous.
  • Contact